Le cannabidiol peut-il être associé à un traitement médicamenteux ?

Publié le : 08/09/2019 19:25:42
Catégories : Actualité du CBD

Le CBD suscite un engouement de plus en plus important. Il est utilisé par des personnes de tout âge qui souhaitent soulager divers problèmes médicaux. Il se trouve ainsi parfois associé à différents traitements médicamenteux. D’où l’importance de bien se renseigner au préalable, puisque selon diverses études, le cannabiol présenterait des interactions avec certains médicaments.

L’intérêt du CBD pour un usage thérapeutique

Le CBD, abréviation de cannabidiol, est une molécule majeure parmi la centaine de cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis. Celui-ci connaît actuellement un grand succès pour soulager divers problèmes médicaux.

Le centre d’addictovigilance de Paris a étudié les informations de la base d’appel de Drogues info service, de janvier 2016 à août 2018. 164 appels ont été enregistrés, la plupart en 2018. La moyenne d’âge des appelants se situait entre 31 ans à 42 ans. 60% d’entre eux recherchent un effet thérapeutique. Il s’agit principalement d’aides au sevrage, d’applications antipsychotiques, anxiolytiques ou antalgiques. La majorité des personnes déclarent ressentir des effets positifs avec la prise de CBD.

L’utilisation thérapeutique du cannabidiol demeure une réalité en France. Il s’avère ainsi indispensable de prendre connaissances des éventuelles interactions avec les médicaments.

Rôle du cytochrome P450 dans l’interactions du CBD avec les médicaments

Dès le moment où plusieurs substances pénètrent dans l’organisme des interactions peuvent se produire. Cela concerne également le CBD, bien qu’il soit sans danger, il peut interagir avec les médicaments, à des doses dites suffisantes. L’intensité des réactions dépendra de plusieurs facteurs :

la quantité de CBD consommée et la posologie du médicament, le moment et l’espacement de la prise des diverses molécules, les caractéristiques propres à chaque individu, la façon de consommer le cannabidiol et s’il est employé isolé ou en synergie avec les autres composés de la plante.

A priori, de faibles quantités de CBD consommées ne semblent pas avoir d’incidences. Malheureusement on ne sait pas encore précisément quels dosages ou quels médicaments sont susceptibles de poser problème.

Le processus qui engendre des interactions est le suivant : le cannabidiol, ainsi que d’autres cannabinoïdes, inhibent l’activité des cytochromes P450. Ces enzymes hépatiques sont impliquées dans le métabolisme de plus de 60% des médicaments commercialisés. Le CBD peut ainsi présenter un impact sur la biodisponibilité et l’absorption de médicaments administrés dans le même temps.

Le CBD est lui aussi métabolisé par ces enzymes tout en se comportant comme un inhibiteur compétitif, en empêchant les cytochromes de métaboliser d’autres composés.

Votre médecin vous a peut-être déjà conseillé de ne pas manger de pamplemousse lors de la prise d’un médicament. De la même façon que le CBD, ce fruit inhibe certaines enzymes hépatiques.

Les interactions avec les antiépileptiques sont les plus étudiés. Les recherches ont été réalisées sur l’Epidiolex, un médicament composé principalement de CBD. Elles ont ainsi démontré que l’utilisation avec des médicaments tels le clobazam, le rufinamide, le valproate peut induire une augmentation des concentrations voire une toxicité hépatique.

D’autres interactions ont été documentées au niveau international.

C’est le cas des anticoagulants comme la warfarine. L’INR se trouve augmenté, il est donc indispensable d’ajuster le dosage.

Le CBD peut aussi accroître la toxicité du tacrolimus, cet immunosuppresseur est administré aux patients ayant subi une greffe.

Des effets indésirables comme la somnolence ou la léthargie peuvent s’accentuer avec la prise de médicaments sédatifs.

Dans le cadre d’une chimiothérapie le dosage doit être extrêmement précis. Les patients qui consomment du CBD peuvent alors présenter des concentrations sanguines plus élevées qu’à la normale. L’ajustement thérapeutique est primordial pour éviter l’accumulation de dosages toxiques dans l’organisme.

Dans certains cas le CBD peut augmenter la puissance de divers traitements et dans d’autres circonstances il pourrait diminuer voire empêcher l’effet bénéfique. De ce fait, il est nécessaire de demander conseil à votre médecin, si vous suivez un traitement médicamenteux. La prise conjointe de cannabidiol impose une surveillance plus accrue et parfois un ajustement des posologies.

Et le cannabidiol associé aux plantes ?

Le CBD pourrait également interagir avec certaines plantes aux propriétés sédatives et provoquer davantage de problèmes de somnolences. Il s’agit par exemple du pavot de Californie, du houblon, de la sauge, du millepertuis, de l’acore…

Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, par prudence, évitez de consommer du CBD, les recherches et informations à ce sujet s’avèrent encore bien insuffisantes.

 

Rédaction du texte par : Céline

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Follow us on Facebook