Comment extrait-on le CBD de la plante de cannabis ?

Publié le : 19/07/2019 13:40:04
Catégories : Actualité du CBD

Le CBD est en phase de devenir la molécule à la mode. On le trouve sous différentes formes pour satisfaire tous les types d’utilisateurs. Mais comment le cannabidiol est-il extrait du cannabis ? Le processus exige un solvant qui va séparer la molécule de son végétal. Chaque procédé présente des avantages et inconvénients, voici les trois méthodes d’extraction industrielles.

L’extraction au CO2

L’extraction au CO2 se présente comme la technique la plus sûre, la mieux maîtrisée scientifiquement et la plus efficace.

L’extraction supercritique ou sous-critique crée un environnement protecteur par des températures contrôlées tout au long du processus et préserve ainsi les différentes molécules de cannabinoïdes.

Ce processus s’avère, par contre, particulièrement onéreux puisqu’il nécessite un équipement complexe de haute technologie et notamment un extracteur à circuit fermé. Différentes chambres sont utilisées pour séparer le CO2 des cannabinoïdes par une maîtrise de la température et de la pression. Des compétences et connaissances se montrent également essentielles pour employer ces techniques complexes.

On utilise principalement l’extraction au CO2 supercritique. Cette méthode est apparue dans l’industrie fin des années 70, en alternative à l’usage des solvants et à la distillation. Celle-ci consiste à chauffer le dioxyde de carbone au-dessus de sa température critique de 31°C et en élevant la pression au-delà de son point critique de 74 bars. Il se trouve ainsi entre un état liquide et gazeux et présente des propriétés spécifiques. Il est un solvant complètement neutre, non toxique et qui ne pollue pas.

Les différentes molécules sont isolées avec une grande précision, tout en préservant l’intégrité de celles-ci. On obtient un produit de haute qualité, particulièrement pur et exempt de résidus.

 

L’extraction à l’huile

Différentes huiles peuvent être utilisées pour extraire le CBD, l’huile de chanvre, d’olive, de sésame… Chacune d’entre-elles apportent ses propres propriétés organoleptiques.

Ce procédé est sûr, rapide, naturel et ne laisse aucun résidu dans le produit final. L’huile est d’abord chauffée, puis filtrée à travers la plante, pour en extraire le cannabidiol.

Mais s’agissant d’une extraction à chaud, les cannabinoïdes peuvent être altérés et les effets diminués.

L’autre inconvénient de cette méthode est la conservation. Le produit présente une durée de vie relativement limitée et doit être consommé rapidement, au risque de perdre ses propriétés.

 

L’extraction par des solvants chimiques liquides

L’alcool isopropylique, l’éthanol, les hydrocarbures comme le butane, l’hexane, le propane sont couramment employés dans ce type de méthode. Le processus s’avère relativement simple. Les plantes sont trempées dans le solvant qui va extraire chimiquement le cannabidiol. Le liquide sera alors chauffé pour s’évaporer, il restera uniquement les cannabinoïdes.

Ces modes d’extraction sont peu coûteux puisqu’ils ne nécessitent que du matériel bon marché.Malheureusement ceci demeure bien le seul avantage.

D’une part, les solvants sont très inflammables et doivent être manipulés avec la plus grande prudence pour éviter les risques d’explosion.

D’autre part, l’huile obtenue est loin d’être pure. Des résidus chimiques potentiellement nocifs pour la santé restent dans le produit final. Les maux peuvent ainsi s’aggraver, voire de nouveaux peuvent apparaître.

Enfin, certaines molécules bénéfiques de la plante se trouvent détériorées par cette pratique.

 

Une bonne variété pour un bon extrait de CBD

Pour obtenir un extrait de CBD de haute qualité, il ne suffit pas seulement d’opter pour le bon mode d’extraction. Le choix de la matière première s’avère primordial. L’objectif est de supprimer les composants inactifs du chanvre. Les producteurs doivent sélectionner rigoureusement les variétés riches en cannabidiol et présentant moins de 0,2% de THC. Les plantes sont ensuite soignées selon des protocoles spécifiques qui excluent l’utilisation de pesticides ou produits chimiques, pour l’obtention de plants sains, adaptés à l’extraction.

 

Rédaction du texte par : Céline

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Follow us on Facebook